S.O.S Animaux
Vous êtes les bienvenue sur sos animaux les fondatrices et le staff avons tous hâte de discuter avec vous au plaisir de vous connaître si vous êtes pas déjà inscris

S.O.S Animaux


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Médecine complémentaire aussi pour nos petits Tigres?‏

Aller en bas 
AuteurMessage
catherinebelge
fondatrice & Admin
fondatrice & Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12694
Age : 45
Localisation : belgique
Humeur : bonne quand nos ami a quatre patte sont sauver
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Médecine complémentaire aussi pour nos petits Tigres?‏   Jeu 17 Sep - 14:13

Médecine complémentaire – aussi pour nos petits Tigres?
De plus en plus de personnes font confiance aux propriétés soignantes de la médecine complémentaire. Mais encore mieux, l’axiome de base de la médecine classique se révèle erroné en médecine douce ou complémentaire: ce qui nous fait du bien peut également faire du bien à nos chats! Doucette et Mistigri pourront avaler des petites boules en lieu et place de comprimés et guérir! Notre série en trois chapitres sur ce sujet vous ouvre les portes de la médecine complémentaire en vous exposant pourquoi il serait excellent que nos chats puissent en profiter.



1ère partie: qu’est ce que la médecine complémentaire ou douce et que peut-elle?
2ème partie: homéopathie et thérapies associées – acupuncture.
3ème partie: Biorésonance, thérapie des couleurs, ostéopathie, entre autres.
1ère partie:

Pourquoi un tel engouement pour la médecine complémentaire?
Nombreux sont les patients (et les chats) qui ont vécu les limites de la médecine classique dans leur propre corps, qu’ils aient souffert des effets secondaires d’un médicament ou, encore plus frustrant, que leurs souffrances soient restées inexplicables ou indéchiffrables par la médecine traditionnelle. Les allergies particulièrement, les maladies chroniques comme les problèmes de digestion, les douleurs ou l’arthrose, se heurtent aux frontières du savoir médical classique et poussent les patients à chercher des alternatives. Qu’ils trouvent souvent dans les médecines complémentaires ou douces qui travaillent avec la nature et sans aide chimique pour souvent obtenir des résultats positifs étonnants.

Quels sont les idées préconçues que doit combattre la médecine alternative?
Les mécanismes de guérison des diverses disciplines de la médecine complémentaire sont souvent (actuellement) indémontrables. Ce qui entraîne l’idée subjective trop répandue que ces thérapies ne sont efficaces que lorsque l’on a foi en elles. Par chance ce n’est pas le cas! Cependant, les méthodes de traitements alternatifs ont leurs limites et ne sont pas mêmement efficaces sur n’importe quel type de maladie, de personne ou de chat. Chaque être vivant réagit différemment et doit tout d’abord découvrir personnellement ce qui lui fait spécialement du bien.

Qu’est ce qui différencie la médecine alternative de la médecine classique?
Lorsque Doucette et Mistigri ont mal au ventre et sont vus par un vétérinaire classique, les deux seront traités avec le même médicament avant de rentrer chez eux. Maintenant, si vous vous rendez chez un homéopathe, chacun recevra un traitement différent, bien que Doucette et Mistigri aient les même symptômes de mal de ventre, Mistigri boit encore beaucoup alors que Doucette ne touche plus une goutte de liquide. L’homéopathe, tels les autres représentants de nombreuses autres thérapies de médecine complémentaire, ne va pas s’intéresser uniquement au mal de ventre, résultat de la maladie mais traiter chaque chat en tant qu’un tout, s’intéresser au caractère individuel, à l’état émotionnel, à l’histoire et aux particularismes de Doucette et de Mistigri. Ainsi ce ne sera pas le mal de ventre mais bien les causes du symptôme mal de ventre qui seront traitées, ce qui entraîne souvent un succès plus complet et plus durable.

Que peut la médecine complémentaire et qu’est ce qui lui est impossible?
La médecine complémentaire, comme le dit bien son nom, ne fait que compléter la médecine classique. La médecine complémentaire ne pourra pas traiter une jambe cassée ni être une prophylaxie ciblée de maladies infectieuses, ces domaines sont soignés par la médecine classique. La médecine alternative pourra cependant parfaitement, et avec de grandes chances de succès, être utilisée dans le troisième domaine du vétérinaire, autrement dit le traitement d’infections organiques et /ou de maladies chroniques. Ici, les souvent simples recettes de la médecine complémentaires sont souvent plus efficaces et montrent un succès nettement plus durable que celui déterminé par la massue chimique.

Quels sont les dangers de la médecine complémentaire?
Le plus grand danger est bien la conviction des propriétaires d’animaux partant du principe que la « thérapie douce » ne peut pas faire de mal et «que plus il y a mieux cela vaut». Mais ce n’est pas le cas! Paracelse a toujours raison – en ce qui concerne n’importe quelle thérapie - lorsqu’il affirme: "Toute chose est poison et rien n’est sans poison; seule le dose fera que la chose n’est pas poison." Un autre danger se trouve dans le fait que l’enthousiasme provoqué par l’efficacité et le pouvoir de la «thérapie douce» dissimule les contributions de la médecine classique. Ni l’animal ni la médecine complémentaire ne seront aidés et compris si, lors d’opération ou de situations urgentes, on refuse des sédatifs au chat par idéalisme mal fondé.

Comment reconnaître un bon thérapeute?
Questionnez votre cercle de connaissances et faites leur raconter leurs expériences. Le bon thérapeute (et le bon vétérinaire) ne promet rien, ne garantit rien et le bien-être de son patient sera toujours sa priorité absolue. Il ne vouera jamais la médecine classique aux gémonies, mais saura l’employer en cas de besoin, soit lui, s’il est vétérinaire, soit en vous transférant chez un bon collègue lorsque l’état du chat doit être exactement clarifié ou lorsque la médecine classique se verra la plus indiquée pour lui venir en aide.

Quelles sont les thérapies indiquées pour les chats?
Les amis des chats savent que dès que le chat se cache dans sa corbeille, la limite de la douleur supportée par Mistigri est déjà atteinte. Tout le reste deviendra une exigence inacceptable taxée d’un déni correspondant. Afin que nos Minets profitent tout de même des bienfaits de la médecine complémentaire, il faudra sélectionner des thérapies qui ne soient ni douloureuses ni n’exigent une grande coopération de la part des nos amis à quatre pattes. L’idéal serait l’homéopathie, les fleurs de Bach, la biorésonance, l’ostéopathie ou la thérapie par les couleurs entre autres. Dès que le chat réalise les effets bénéfiques des soins reçus, il cessera de s’opposer et il deviendra même possible d’envisager l’acupuncture.
Source : Happy Cat Club Whiskas




Vacciner – quand et pourquoi?
Le vaccin offre une protection hautement fiable contre les plus importantes maladies infectieuses.
Une prévention ponctuelle est donc extrêmement importante! Prenez rendez-vous chez un vétérinaire dès que votre Tigrounet atteint 8 semaines. Le vétérinaire dressera avec vous un plan de vaccinations personnalisé, adapté à votre chat.
Ici les principales informations en un coup d’œil:




Contre quelles maladies le chat peut-il être vacciné?

Panleucopénie (typhus du chat) et coryza
Ces maladies sont hautement infectieuses (donc le chat risque de s’infecter très facilement) et peuvent avoir des conséquences fatales. Il s’agit non seulement de protéger les chats en liberté, mais également les chats d’intérieur, car les agents pathogènes sont résistants et peuvent être acheminés dans l’appartement par le biais des semelles de souliers ou des vêtements.

La leucose des chats
Une maladie généralement mortelle transmise lors de l’accouplement ou lors de bagarres. Voilà pourquoi les chats en liberté doivent absolument être vaccinés.

PIF
Le vaccin contre la péritonite infectieuse féline (PIF), affection du péritoine ou de la plèvre, est administrée par des gouttes dans le nez.

La rage
Le vaccin contre la rage n’est plus obligatoire en Suisse mais le devient si le chat voyage à l’étranger.



Chez nous, et en règle générale, le chat est vacciné au moins contre des maladies extrêmement répandues comme le coryza des chats et la panleucopénie. Les chats en liberté devraient, en sus, être vaccinés contre la leucose. Les pensions pour chats, réclament non seulement le vaccin contre la leucose, mais encore le vaccin contre la PIF. Donc, si votre chat sera mis en pension pendant vos vacances ou s’il part à l’étranger en votre compagnie, vous devez prendre contact avec votre vétérinaire deux mois avant le départ, afin de pouvoir administrer à temps les éventuels vaccins manquants!

En principe, il n’existe pas de schème général de vaccination applicable à tous les chats. Décrivez à votre vétérinaire les conditions de vie, habitudes et habitat de votre chat afin de dresser le plan de vaccination adéquat.



Quel est l’effet de la vaccination?
Le vaccin est composé d’agents pathogènes morts (donc inoffensifs), entiers ou partiels qui sont injectés sous la peau. Le système immunitaire du chat prend tout d’abord connaissance avec l’agent pathogène et s’immunise contre lui. 4 semaines après la première injection, une deuxième vaccination suit avec le même contenu. Cette fois, le système immunitaire est déjà préparé et est capable de construire rapidement et effectivement une défense complète contre l’infection de l’agent pathogène.

Après cette immunisation de base (2 vaccinations avec un intervalle de 4 semaines), il est alors nécessaire de répéter le processus chaque année, car même la « meilleure équipe défensive » du système immunitaire risque de s’assoupir si elle n’est pas régulièrement provoquée.



Quand vacciner le chaton?
Le premier vaccin de l’immunisation de base est généralement injecté au chat à l’âge de 8 semaines et le deuxième à l’âge de 12 semaines. Le système immunitaire du chat doit produire un travail intense pour réagir au vaccin – voilà pourquoi le chat ne sera vacciné que s’il est en parfaite santé. En règle générale, Minet sera également vermifugé. Car seul un système immunitaire qui n’a à combattre ni une maladie ni des parasites saura réunir suffisamment d’énergie pour forger une protection efficace.
Pour certaines vaccinations comme celle contre la leucose ou la PIF, il s’agit tout d’abord de s’assurer que le chat n’a pas été déjà infecté. Seuls les chats qui ne sont jamais entré en contact avec l’agent pathogène déterminé sauront développer une protection efficace.

Attention: ce n’est qu’après environ 2 semaines suivant la vaccination que le chat sera parfaitement immunisé. Il est donc conseiller d’empêcher le chaton d’aller se balader à l’aventure pendant cette période.



Jusqu’à quel point le vaccin s’avère-t-il efficace ?
Les vaccins actuels protègent très efficacement, mais, comme souvent en médecine, jamais à 100%. Un chat vacciné peut donc contracter la maladie contre laquelle il devrait être, en principe, protégé. Ceci est toujours signal d’un système immunitaire affaibli soit par des parasites, d’autres maladies, le stress ou simplement vu son âge. Les défenses d’un chat vacciné seront malgré tout toujours supérieures et pour cette raison, les atteintes du mal seront toujours plus faibles que chez le chat qui n’a pas été vacciné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/ma-petite-kaline/
 
Médecine complémentaire aussi pour nos petits Tigres?‏
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yin, yang une sorte de fraisage complémentaire?
» Chauffage complémentaire par Christian64
» Tuer les tiques naturellement et aussi pour nos petits compagnons
» Un canapé pour se vautrer ... mais aussi pour dormir confortablement ?
» Petits conseils pour ma maman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.O.S Animaux :: Vos Animaux :: La santé de vos animaux-
Sauter vers: